Consulter un psychologue en urgence

ELODIE CHOPARD, psychothérapeute/

psychanalyste Paris 9è


  • Contacter votre psychothérapeute pour prendre un rv au 06.87.22.53.40


  • Tarif des consultations à définir ensemble lors de la première séance. Me contacter pour toutes précisions.


  • Localité, je vous reçois à Paris 9è, métro Pigalle, Saint Georges au 10, rue Alfred Stevens 75009 Paris


Combien de temps dure une psychothérapie ou une psychanalyse ?

Une psychothérapie ou une psychanalyse consiste en un travail de fond.


En effet,  jamais un simple conseil, une recommandation ou encore une méthode clef en main n’aura permis la résolution complète de symptômes souvent installés de longue date dans la vie de l’être. L’apaisement de tensions et le mieux-être passager, tout comme la hausse de moral périodique ne constitue pas une solution pérenne pour bâtir son désir et construire sa vie future. Au contraire, ce que vise la psychothérapie avec un clinicien formé à la méthode psychanalytique concerne bien plutôt la levée de nombreuses inhibitions (telles que la peur, la timidité, la perte de confiance en soi, etc.), la diminution et, progressivement, la disparition de nombreux symptômes (psychiques, organiques ou corporels).

Elle tend aussi à ce qu’ils ne se déplacent pas dans d’autres sphères de la vie affective et comportementale (une conduite d’évitement phobique laissant place en s’atténuant à des difficulté d’ordre sexuel par exemple, ou encore un comportement obsessionnel devenant un trouble alimentaire, etc.) C’est pourquoi la traversée d’une cure doit s’envisager sur le long terme, ce qui ne signifie pas qu’elle sera nécessairement longue, au contraire. L’être sera arrivé à bond port et sortira de cure lorsque les symptômes pour lesquels il était venu rencontrer un psychologue ne seront plus présents. Il n’est donc pas obligé qu’elle dure des années, mais doit pour autant s’inscrire dans la durée afin qu’opèrent progressivement des changements de fond. Bien sûr, nombreux sont ceux qui disent vouloir « se débarrasser  rapidement » de leurs symptômes. Ce souhait trouve sa raison d’être dans l’insupportable à vivre la souffrance quotidienne qui a déjà fait le lit de nombreuses déceptions personnelles (échecs répétés, ruptures sentimentales, sentiment de frustration constant par exemple). Elles mettent l’individu face à sa part sombre, comme par exemple sa rage, sa colère ou bien son immaturité, sa possessivité, etc. Mais, à s’impliquer dans une psychothérapie voir dans une psychanalyse, l’être qui construit une solution possible pour sa vie, s’en trouve grandit.

Cet apaisement trouve sa place dans le quotidien des séances où il réalise qu’il se sent « moins à fleur de peau », « plus l’écoute de son (sa) partenaire, de ses enfants », « moins à bout dans son travail. » Les petites avancées comme les grands changements de vie font de la traversée d’une cure une excursion passionnante, vivante. Ils rythment le passage du temps et lui donne sa saveur, alors l’être lâche progressivement du regard la pendule et parvient à exister sans décompte !