Publications Elodie Chopard

Revue de Psychanalyse Clinique et Médicale - RPH 

2019- 2020










Intervention lors du XXXVII ème Colloque du RPH - 2019


Quelles souffrances au travail ?

Être un-dépendant

Intervention lors du XXXVII ème Colloque du RPH intitulé :

Quelles souffrances au travail ?

Cet article est paru dans la Revue de Psychanalyse Clinique et Médicale n°45, 2019

 

Résumé

Nous abordons la problématique du travail chez un patient psychotique dont le métier d’artiste-peintre fait fonction de suppléance symbolique : ne faire qu’un avec ses œuvres.

 Considérant sa vie psychique en tant qu’objet de sa propre pratique artistique, nous voyons comment opère le concept freudien de Bejahung : l’attribution du jugement d’existence dans la genèse du sentiment de réalité de l’être psychotique. 

Enfin, nous cherchons pourquoi, selon nous, ce choix de carrière va dans le sens du rejet d’un signifiant primordial dans le langage et de son articulation symbolique dans l’histoire de l’être.

 

 Mots-clés : pratique artistique, psychose, symbolisation primitive, sentiment de réalité, langage.










Intervention lors du XXXVI ème Colloque du RPH - 2019


- Suites de l’Œdipe  - 

Destins de la castration et du penisneid

« Manque à gagner »

Intervention lors du XXXVI ème Colloque du RPH intitulé :

- Suites de l’Œdipe  - 

Destins de la castration et du penisneid

Cet article est paru dans la Revue de Psychanalyse Clinique et Médicale n°44, 2019


Résumé :

Nous investiguons la sexualité féminine et le destin du penisneid par l’étude d’un cas de névrose hystérique. Ou comment le renversement de la position passive dans la préhistoire du lien d’attachement mère-fille s’est réactivé dans la jouissance d’un héritage légué par le père. 

Nous découvrons alors l’identification de la fille à son père «châtré » et sa lutte pour contourner les effets de la castration symbolique. Le masochisme originaire est en jeu dans les reviviscences du sujet. Il fait son œuvre dans ses conduites d’auto-mutilation pour vouloir occuper, dans l’imaginaire, la position de phallus maternel maltraité.

 

 Mots clefs : Rivalité œdipienne, masochisme originaire, passivité, phallus maternel.











Sexualité féminine - 


Penisneid 

Aperçu de l'intervention :

« Manque à gagner »

Intervention lors du XXXVI ème Colloque du RPH intitulé :

- Suites de l’Œdipe  -
Destins de la castration et du penisneid

Contrairement à ses développements sur la féminité, le penisneid n’est pas un concept tardif dans l’œuvre de S. Freud.

On le trouve dès 1908 dans Les théories sexuelles infantiles, l’accent étant alors mis sur l’envie, au sens de jalousie(1)ressentie par la petite fille à l’égard du semblant masculin porteur de l’organe.

Pour introduire le narcissisme (2) et Le tabou de la virginité (3) nous offrent des références qui vont dans le même sens.

La nouveauté à partir des années 1920, sera l’interrogation portée sur les conséquences de l’envie-de-pénis dans la vie psychique ultérieure et son articulation à l’attachement préœdipien à la mère.

En 1923, dans La vie sexuelle, les trois conséquences du penisneid pour Freud sont : la naissance du complexe de masculinité, la dénégation et l’identification avec l’homme et enfin, le relâchement de la relation tendre avec l’objet mère, rendu responsable du manque de pénis. (4)


À l’aide du signifiant penisneid, il tente de cerner une position féminine quant au désir, en même temps qu’il laisse ouverte la question qu’il pressent au sujet d’un jouir qui serait le propre des femmes.

La clinique quotidienne révèle combien la féminité n’est jamais une position acquise mais plutôt l’alternance répétée de périodes dans lesquelles la masculinité ou la féminité prendra le dessus. (5) Si bien qu’on peut examiner comment chez certaines psychanalysantes des choix de vie peuvent renvoyer à cette envie-de-pénis qui fait retour en les plaçant dans un semblant de position phallique. 

 
(1) Aparicio, S. Destins freudiens de l'envie et de la jalousie infantiles. La lettre de 
l'enfance et de l'adolescence, no 62, 2005, pp. 17-24.
(2) Freud, S. (1923). Pour introduire le narcissisme, in La vie sexuelle, PUF, Paris, 
1969, pp. 81-106.
(3) Freud, S. (1923). Le tabou de la virginité, in La vie sexuelle, PUF, Paris, 1969, pp. 66-80.
(4) Freud, S. (1923). La disparition du complexe d’Œdipe, in La vie sexuelle, PUF,  Paris, 1969, pp. 117-122. 
(5) Opus. cit. Aparicio, S.